A propos de la Maison de l’Amitié

La Maison de l’Amitié, association loi 1091, est née à l’initiative d’une femme, Geneviève Gazeau, aujourd’hui, Présidente d’honneur de l’association, et de salariés d’entreprises de la Défe
nse. L’association va a la rencontre des personnes en situation de grande précarité et isolées qui vivent ou passent à la Défense. Souhaitant recréer du lien social, promouvoir et concrétiser la solidarité entre tous, l’association apporte un premier accueil inconditionnel aux personnes, en développant des relations entre les bénéficiaires, les bénévoles – salariés des entreprises riveraines et habitants -, et en proposant un accompagnement global. Le projet de l’association s’efforce de prendre en considération toutes les dimensions de la personne. C’est pourquoi, au-delà de la rencontre avec les personnes de la rue, et pour compléter les services primaires proposés (manger, se vêtir, rester propre), la MDA développe des actions directement ou en partenariat sur les plans social, sanitaire, culturel et existentiel.

Adresse

La Maison de l’Amitié est aujourd’hui installée Place Carpeaux à La Défense, entre le CNIT et la Grande Arche. Elle dispose d’un local d’environ 340 m², aménagé spécialement pour l’association par Paris La Défense (Etablissement public), propriétaire des locaux.
Financement
La Maison de l’Amitié, association reconnue d’utilité publique, est aujourd’hui essentiellement financée par des subventions publiques attribuées par la DRIHL (Direction Régionale et Interdépartementale de l’Hébergement et du Logement) pour une mission d’intérêt général et par Paris La Défense.

Fonctionnement

La Maison de l’Amitié accueille des personnes sans domicile fixe, et en grande difficultés sociales et économiques. Elle fonctionne sur le mode de l’inconditionnalité et elle est ouverte du lundi au vendredi de 7 h à 8 h 30 sous la forme d’un P’tit Café, de 9 h à 12 h et de 14 h à 17 h sous la forme d’un accueil de jour. Elle étend son horaire d’ouverture à 19 h lors en cas niveau de vigilance orange (Plan Grand Froid). Les services proposés par la Maison de l’Amitié, sont assurés par une équipe de 6,5 salariés et environ 70 bénévoles. L’accompagnement social s’effectue en étroite collaboration avec divers acteurs appartenant au tissu de la Défense et des acteurs sociaux et médicaux des communes limitrophes. Cette collaboration s’est soigneusement construite depuis de nombreuses années.

Chiffres clés

En 5 ans la fréquentation de la Maison de l’Amitié a presque triplé : en 2018, 1 485 personnes (versus 417 personnes en 2011, avec une fréquentation moyenne qui est passée de 27 personnes par jour à 95 personnes) soit une fréquentation de plus de 22 000 passages en 2018.

Axe de développement 2019 /2020

Fort de l’augmentation des besoins sociaux à la Défense et de la hausse constante du nombre d’accueillis, la Maison de l’Amitié, reconnue localement pour ses compétences et son impact social sur les populations accueillies, souhaite développer ses  échanges avec l’association aux Captifs la Libération afin d’établir une convention et s’inspirer de ses bonnes pratiques.
Les axes de travail identifiés pour 2018 -2019 sont :

  • le déploiement de tournées rue (maraudes) pour aller à la rencontre des personnes isolées qui ne viennent pas à l’accueil de jour,
  • la consolidation de la structure d’accueil et d’accompagnement existante,
  • la mise en place d’actions de dynamisation pour les personnes accompagnées (ateliers, sorties, séjours …),
  • la réinsertion par l’activité éconmique
  • la restauration solidaire
  • le renforcement du nombre de bénévoles investis,
  • l’accélération de la coopération avec les acteurs du quartier (association, entreprises, particuliers, représentations spirituelles),
  • la rénovation des locaux,
  • la promotion de la communication de la structure,
  • la diversification et l’augmentation des financements nécessaires aux différentes actions prévues.

Nos valeurs

 Engagement :

L’engagement des salariés comme des bénévoles dans les actions qu’ils mènent à l’intérieur ou à l’extérieur de la MDA, est le socle qui permet au fil du temps et au fil des rencontres de créer une relation avec les personnes de la rue. Il est le signe de l’intérêt et de l’attention qui leur est portée. Notre présence régulière à leur côté, leur montre qu’ils comptent encore pour « les autres » et qu’ils font toujours parti d’une société pour laquelle ils ont peut-être besoin d’aide pour y (re)trouver pleinement leur place.
En s’engageant concrètement à la régularité dans son jour de P’tit Café, dans l’animation de ses ateliers, dans sa tournée-rue (avec son binôme, son trajet), nous nous inscrivons dans le temps. Cet engagement est fondamental parce qu’il est à la fois efficace et fécond. Efficace car il faut parfois des mois voire des années de rencontre pour qu’une personne se mette en mouvement. Fécond car il est un signe de la valeur et de l’attention que l’association accorde aux personnes.

Inconditionnalité :

L’inconditionnalité consiste à ne pas choisir ceux que nous rencontrons dans la rue ou qui se présentent à la Maison de l’Amitié. Elle est le premier maillon de la rencontre qui pourra peu à peu se muer en relation. Elle tend à préserver de la discrimination et des a priori qui guettent chacun de nous. Elle n’empêche pas de reconnaître ses propres limites et invite à accompagner aussi quand « il n’y a plus rien à faire ».
Le P’tit Café a été mis en place, sous l’impulsion de Geneviève, par un groupe de chrétiens après une messe en février 1996. Le P’tit Café et la MDA, nés de valeurs d’accueil et de respect de chaque personne, ont depuis gardé un lien particulier avec Notre Dame de Pentecôte qui, par exemple, accueille le P’tit Café le lundi matin. Pour autant, les bénévoles et les salariés, quand ils agissent au sein des locaux de la MDA ou qu’ils représentent l’association à l’extérieur, s’attachent à agir sans discrimination religieuse, politique,syndicale, d’origine ethnique et de nationalité et à respecter les engagements militants, religieux, politiques et syndicaux dans un dialogue constructif.

Intégralité :

Le projet de l’association s’efforce de prendre en considération toutes les dimensions de la personne. C’est pourquoi, au-delà de la rencontre avec les personnes de la rue, et pour
compléter les services primaires proposés (manger, se vêtir, rester propre), la MDA développe des actions directement ou en partenariat sur les plans social, sanitaire, culturel et spirituel.

  • Sur le plan social, les équipes proposent notamment une domiciliation administrative, un accès aux droits sociaux, une aide à l’hébergement, une aide juridique, une insertion professionnelle.
  • Sur le plan santé, l’association travaille en partenariat avec les structures de santé et les équipes spécialisées.
  • Sur le plan culturel, l’association organise des ateliers artistiques ou des visites de
    musées.
  • Sur le plan existentiel, l’association propose en lien avec le Groupe Partage et Solidarité de Notre Dame de Pentecôte, dans le respect de la liberté de chacun,  des temps de partage.

Confiance :

Les membres de l’association, tissent avec les personnes qu’ils rencontrent une relation de confiance par une écoute attentive et sincère. A partir de cette relation de confiance peut naître un désir de se reconstruire et d’entamer un chemin personnel de réinsertion.

Notre équipe

Notre Présidente d’Honneur
Geneviève Gazeau

Président
Francois-Xavier DEBROSSE

Directeur
Antoine de TILLY

Cheffe de service
Lucie Poulain

Cheffe de projet Bagagerie
Marie Ghilaine de Beaurepaire

Educatrice spécialisée
Camille Bellefleur

Assistantes sociale
Venance Zanga, Maya Bourasseau

Maîtresse de Maison
Hala Kamal

Régisseur
Wilson Noël

Agent d’entretien
Ousseynou Camara